Skip to content

Présentation du centre


Situé à Dar Dounia (Bab El Oued, Alger), le CNDRB a été créé en 2002 suite à la ratification par l’Algérie de la convention sur la diversité biologique (CBD : Rio de Janeiro 1995) et à l’issue de l’élaboration de la première stratégie nationale. Il répond aux besoins d’approfondir la connaissance du patrimoine biologique national, pour sa protection et sa valorisation.

C’est un établissement public à caractère administratif. Il est élevé au rang d’établissement national en 2004. Il est doté d’un Conseil d’orientation, et d’un Conseil Scientifique.

Ses Missions

  • Centraliser l’ensemble des inventaires de la faune, de la flore, des habitats et des écosystèmes.
  • Contribuer, en concertation avec les secteurs concernés, à l’élaboration des plans de valorisation des ressources biologiques dans le cadre du développement durable.
  • Proposer, en concertation avec les secteurs concernés, la conservation des ressources biologiques nationales selon les modalités fixées par la réglementation en vigueur.
  • Promouvoir la mise en œuvre des programmes de sensibilisation du public concernant la conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique.

Le centre est doté de deux annexes ; la première créée en 2006 à Laguermi (W. El-Bayadh), la seconde en 2009 à Moudjebara (W. Djelfa). Ces annexes auront pour missions la gestion des futures aires protégées dont l’étude est menée par la tutelle. La création de deux autres futures annexes (Adrar et Ghardaïa) est programmée  pour couvrir les écosystèmes désertiques fragiles et élaborer des plans de protection des espèces qui y vivent et qui sont menacées de disparition. Ces deux futures annexes bénéficieront de l’appui technique de la banque mondiale par le biais du Ministère. Une nouvelle antenne est à l’étude pour la prise en charge de la Biodiversité du jardin ‘Landon’ à Biskra.

Depuis 2008 le centre s’est investi dans le renforcement de ses capacités en recrutant  de nouveaux cadres (ingénieurs principaux, ingénieurs d’état, cadres administratifs). Il réunit une équipe technique (25 cadres), un staff administratif (34 personnes) et un personnel de soutien (42 agents).  

Il mobilise des moyens humains et matériels pour mettre en œuvre ses programmes. Un redéploiement significatif sur le terrain des équipes du CNDRB dans différentes régions d’Algérie a été enregistré. En parallèle à ses missions de base, le centre organise des ateliers de formation et des rencontres de sensibilisation en direction d’acteurs de différents secteurs.

Sur le plan technique, l’activité du CNDRB se traduit par l’évolution du nombre de projets.  Tout d’abord l’actualisation du bilan des inventaires des ressources biologiques (IRB2008), des habitats et écosystèmes (CHES). Ensuite la proposition d’initiatives de développement à travers la multiplication d’espèces prioritaires pour  la flore et le rapatriement pour la faune. Un troisième volet est consacré à la sensibilisation et à la communication (élaboration de supports pédagogiques, campagnes de reboisement, animations de journées de festivités, mise en place de collections pour l’écomusée, animation de séminaires hebdomadaires et l’édition du bulletin des ressources biologiques). Enfin un quatrième axe défini les actions de partenariat (international à travers les  nouveaux projets du Ministère, et national par la mise en place de réseaux) .

 En attendant la délimitation des nouvelles aires protégées,  le CNDRB se mobilise pour assurer une meilleure gestion au niveau des sites de ses annexes. En plus du suivi de la faune, les activités concernent la gestion de la pépinière à Laguermi (El-Bayadh) avec une capacité de 10.000 plants/année, la plantation des espèces phares ou emblématiques ou encore l’embellissement des sites par des espèces ornementales.

Sur le plan ressources humaines, le CNDRB, à l’occasion des cycles de recrutements annuels, identifie les éléments les plus valables, qui sont par la suite reconvertis en agents de la biodiversité. Pour cela, le centre élabore des mesures d’accompagnement, en mettant en place des cycles de formation et d’encadrement. Le programme de formation intègre aussi les corps administratifs et les contractuels. L’enrichissement en moyens matériels et en documention spécialisée facilite la remise à niveau des cadres.

Le CNDRB mobilise ses moyens humains et matériels pour mettre en œuvre la politique et la stratégie de la tutelle en matière d’inventaire des ressources biologiques et de prise en charge de la biodiversité. Il participe à toutes les réunions et ateliers en collaboration avec les services concernés du ministère et de ses partenaires, pour l’amélioration des connaissances et la préparation des plans de valorisation des ressources biologiques et de préservation des écosystèmes. Il participe aussi aux programmes de sensibilisation des différents segments de la société.

Ce document présente l’historique, l’organisation des insfrastructures, les moyens mis en œuvre et les projets en cours suivis d’un récapitulatif des réalisations de 2008 à 2015.